Comment investir dans des PME et PMI ?

Afin de pouvoir investir dans une entreprise PME ou PMI, tout en profitant des avantages fiscaux, il existe différentes formules. En effet, un investisseur a la possibilité de placer son argent dans des fonds spécialisés tels que les fonds d’investissement de proximité (FIP), dont l’objectif est de favoriser un investissement régional ou dans des fonds communs de placement pour l’innovation ou aussi appelés FCPI dont l’objectif est de soutenir les PMI innovantes et les PME. Ces investissements sont possibles quand l’investisseur opte de passer par une société de gestion telle que A Plus Finance qui est dédiée dans l’investissement dans des PME. Il est aussi possible d’investir directement en souscrivant dans le capital d’une société.

Les avantages de ces placements

Ces différents types d’investissement possèdent le même régime fiscal et peuvent s’accumuler dans la limite d’un plafond. Toutefois, il faut faire attention à ces placements qui présentent tout de même des risques assez élevés, ainsi qu’une durée d’investissement qui est assez longue. Ces types de placement sont destinés essentiellement aux personnes qui souhaitent profiter des bénéfices fiscales, en payant moins d’impôt. Toute personne qui n’a pas ou qui est faiblement imposée ne doit pas investir dans ces investissements.

Les Fonds d’investissement de proximité (FIP)

Les fonds d’investissement de proximité ou aussi appelés FIP sont des fonds communs de placement qui existe depuis 2003. L’objectif de ce fonds de placement est de favoriser le développement des PMI ou des PME non cotées et régionales.

Ce type de fonds est composé au minimum de 70 % de PME régionales non cotées, dont au minimum 20 % de jeunes entreprises ayant moins de 5 ans d’activité. Les 30 % restant de la composition du portefeuille comprend des valeurs (obligation, Sicav, FCP, actions,…), qui sont librement choisies par le gestionnaire de fonds comme la société de gestion indépendante A Plus Finance.

Pour qu’une société soit éligible au sein d’un fonds d’investissement de proximité, elle doit respecter des critères tels que posséder un bilan inférieur à 43 millions d’euros et un chiffre d’affaires qui doit être inférieur à 50 millions d’euros. En outre, l’entreprise ne doit pas dépasser les 250 salariés, être imposé à l’impôt sur les sociétés et ne doit absolument pas exercer une activité de holding.

L’investisseur doit s’engager durant au moins 5 ans, en investissant un plafond de 12 000 euros, afin de profiter d’une réduction d’impôts de 18 %. Ce qui implique une réduction d’impôts estimé à 2 160 euros durant l’année de la souscription.